CIMICIFUGA: une aide précieuse lors de la ménopause

Cimicifuga ou Actea Racemosa est un modérateur du système nerveux grâce à ses propriétés antispasmodiques.

La cimicifuga est une plante médicinale de substitution de la thérapie hormonale THS, essentiel sur les troubles de la ménopause et pré-ménopause.

La cimicifuga possède des propriétés anti-inflammatoires, elle est préconisée dans les cas d’arthrites et de rhumatismes.

Elle est un sédatif de l’hypertension artérielle et de l’asthme.

 

 SP Cimicifuga Actaea racemosa menopause

 

CIMIFIFUGA : Sa fiche d’identité

Noms communs : actée, actée à grappes, cimicaire à grappes.

Noms botaniques : Cimicifuga racemosa (anciennement), Actea racemosa (nom actuel).

Famille : Renonculacées.

Parties utilisées : rhizome et racines.

 

CIMICIFUGA : Habitat et origine

Cette plante, qui peut atteindre jusqu’à 2,5 m de hauteur, est originaire du sud-est du Canada et du nord-est des États-Unis, où elle pousse à l’ombre des sous-bois.

 

CIMICIFUGA : Son Histoire

Le mot Cimicifuga vient des mots latins cimex, pou, et fugere, chasser.

Le cimicifuga est originaire du nord-est de l’Amérique. Il était utilisé par les Indiens comme sédatif, pour soulager les morsures de serpents, les troubles gynécologiques et les maux de tête. La plante a été utilisée en remplacement des traitements hormonaux de la ménopause dès les années 1950.

 

CIMICIFUGA : Sa composition

La cimicaire à grappes contient des glucosides triterpéniques, de la résine, des salicylates, de l’acide isofénulique, des stérols et des alcaloïdes. Les salicylates sont les précurseurs de l’aspirine, et leur présence dans la cimicaire explique pourquoi cette plante était utilisée dans le passé pour traiter les maux de tête.

 

CIMICIFUGA : Ses propriétés

L’actée noire est un puissant relaxant/antispasmodique pour le système reproducteur. Aussi, ses composantes à effet œstrogénique aident à normaliser les fonctions de ce système et des études ont démontré qu’elles ne stimulent pas la prolifération des cellules cancéreuses mammaires, qu’elles agissent sur l’axe hypotalamo-hypophisaire et elles aident à diminuer la perte osseuse.

De plus, ces fonctions inhibent carrément la prolifération des cellules cancéreuses qui réagissent à l’œstrogène en provoquant l’apoptose de ces dernières (Hostanska et al. 2004).

Le cimicifuga activerait la production d’estrogènes et apaiserait ainsi certains troubles de la ménopause comme les bouffées de chaleur et la dépression. Ces propriétés font toutefois l’objet d’études contradictoires.

La plante est aussi utilisée pour réduire les troubles gynécologiques (règles abondantes, absentes), les inflammations génitales ou le prurit vulvaire.

Enfin, elle pourrait être intéressante en cas d’hypertension et de nervosisme.

 

CIMICIFUGA : Reconnaissances par les autorités

La Commission E et l’OMS reconnaissent l’efficacité de l’actée à grappes noires contre les symptômes de la ménopause.

La Commission E reconnaît aussi l’efficacité de plante pour le soulagement de l’inconfort prémenstruel et des douleurs menstruelles, mais aucune étude clinique n’est répertoriée dans la base de données Pubmed à ce sujet.

 

CIMICIFUGA: soulage également les acouphènes:

Les acouphènes se traduisent par un bourdonnement dans l’oreille. Bien que le ginkgo soit un excellent choix pour traiter cette pathologie, l’actée noire peut également être efficace.

Ces deux plantes peuvent être combinées.

 

CIMICIFUGA : Contre-indications

La prise de Cimicifuga est déconseillée durant la grossesse et l’allaitement.

 

CIMICIFUGA : Effets indésirables

La prise de Cimicifuga peut ccasionnellement provoquer: malaises gastro-intestinaux, mal de tête, étourdissements, sensation de lourdeur dans les jambes, gain de poids, spasmes.

 

Actee à grappe - Cimicifuga racemosa

 

Etudes sur le CIMICIFIGA:

http://www.minerva-ebm.be/fr/article/678

. Wuttke W, The Cimicifuga preparation BNO 1055 vs. conjugated estrogens in a double-blind placebo-controlled study: effects on menopause symptoms and bone markers. Maturitas. 2003 Mar 14;44 Suppl 1:S67-77.

. Pockaj BA, Phase III double-blind, randomized, placebo-controlled crossover trial of black cohosh in the management of hot flashes: NCCTG Trial N01CC1. J Clin Oncol. 2006 Jun 20;24(18):2836-41.

 

Mots-clefs : ,