Cholestérol & Triglycérides: Nos solutions naturelles

En termes simples, l’hyperlipidémie, c’est avoir un excès de cholestérol ou de triglycérides dans le sang. Ce n’est pas une maladie en soi, mais plutôt un facteur de risque de crise d’angine ou d’infarctus (la crise cardiaque). Si l’on ajoute le tabagisme, l’inactivité physique, l’alimentation riche en gras et en sucre ou l’hypertension à l’hyperlipidémie, le risque augmente considérablement.

Le cholestérol sanguin est, en majeure partie, produit par le foie. Le reste provient des aliments d’origine animale ou végétale riches en gras saturés, hydrogénés et trans, et des aliments d’origine animale qui contiennent du cholestérol. La sédentarité et le tabagisme peuvent aussi élever le taux de cholestérol. Quant aux triglycérides, ils proviennent le plus souvent des sucres et de l’alcool ingérés, transformés en triglycérides par le foie.

La seule manière de détecter une hyperlipidémie est une prise de sang pour établir le bilan lipidique : la mesure du cholestérol total (CT), des quantités de cholestérol à haute densité (HDL) et à basse densité (LDL) et du taux de triglycérides.

 

« Bon » cholestérol, « mauvais » cholestérol, et triglycérides

 

Le cholestérol n’est pas soluble dans le sang. Pour y circuler et être acheminé aux cellules, il a besoin d’être transporté par des substances appelées lipoprotéines.

Les HDL (lipoprotéines de haute densité – High Density Lipoproteins) sont associées au « bon cholestérol ». Elles entraînent le cholestérol vers le foie et ont un effet « nettoyant » dans les vaisseaux sanguins.

Les LDL (lipoprotéines de faible densité – Low Density Lipoproteins) sont associées au « mauvais cholestérol ». Si elles sont trop abondantes, elles peuvent entraîner un processus d’inflammation qui finira par causer un rétrécissement des artères. C’est ce qu’on nomme l’athérosclérose.

Les triglycérides sont un autre type de lipides que l’on retrouve dans le sang et aussi dans la graisse. En effet, la graisse emmagasinée par le corps est principalement formée de triglycérides.

 

La prévention

 

 

  • Obtenir un bilan sanguin. Au moins tous les 5 ans, chez les hommes de plus de 40 ans et chez les femmes ménopausées ou âgées de plus de 50 ans. Plus tôt chez les personnes à risque.
  • Adopter une alimentation saine, riche en fibres alimentaires et limitée en sucre et en sel. Les fruits et les légumes ainsi que les grains entiers devraient figurer en abondance à votre menu.
  • Limiter sa consommation de cholestérol, de gras trans et de gras saturés.
  • Privilégier les gras monoinsaturés et polyinsaturés, comme les oméga-3 (saumon, sardines, graines de lin, etc.). La meilleure source d’acides gras monoinsaturés, aussi appelés oméga-9, est l’huile d’olive.
  • Cesser de fumer.
  • Intégrer l’activité physique à son mode de vie et garder un poids santé.
  • Modérer sa consommation d’alcool.

 

 

Traitements naturels

 

Levure de riz rouge (Monascus purpureus)

 

La levure de riz rouge est le produit d’ un champignon microscopique élevé sur le riz. En fermentant, ce micro-organisme, Monascus Piloeus, produit un pigment rouge qui a donné son nom à la levure.

C’ est donc la levure qui est rouge et non le riz.

 

 

Déjà, 800 ans avant notre ère, les chinois connaissaient le levure de riz rouge qu’ils utilisaient comme colorant et renforçateur de goût de leurs préparations culinaires ; ils lui attribuaient également la propriété de favoriser une bonne circulation sanguine.

 

Les travaux menés depuis une vingtaine d’années en chine, au Japon et en Amérique du nord ont permis de mettre au point des formes de levures de riz rouge normalisées de manière à contenir un certain pourcentage de monacolines, les substances actives  dans la lutte contre les taux excessifs de cholestérol sanguin.

 

 

 

Un mode d’action particulier

 

Les monacolines contenues dans la levure de riz rouge sont en fait des statines d’origine naturelle, c’est à dire des substances qui inhibent la synthèse du cholestérol.

 

Même s’il est vivement recommandé d’adopter une alimentation équilibrée de type méditerranéenne accompagnée d’une activité physique régulière pour maintenir une bonne santé cardio-vasculaire, le cholestérol qui circule dans le sang est en grande partie fabriqué par le foie et ne provient donc pas toujours de la composition alimentaire.

 

La statine va inhiber l’action d’une enzyme appelée HMG-CoA réductase, responsable de la fabrication du cholestérol endogène .

En neutralisant cet enzyme, la levure permet de réduire la production de cholestérol se traduisant par une diminution de celui-ci.

Selon une synthèse d’études publiées en avril 2004 dans la revue Life Science par des chercheurs canadiens, des cures d’extraits normalisés de levure de riz rouge ont mis en évidence des résultats très favorables sur le taux de cholestérol total, le taux de LDL (” mauvais cholestérol “) et celui des triglycérides. Les auteurs soulignent légalement qu’au cours de certains de ces essais, la prise de levure de riz rouge a fait augmenter de façon significative le taux de HDL (” bon cholestérol “) des sujets traités.

 

La levure de riz rouge est un excellent complément aux traitements destinés à réduire les taux de cholestérol, une synergie d’ effets ayant été constatée lors des études.

 

 

Recherches sur la levure de riz rouge

 

 

De très nombreux essais cliniques ont été effectués pour vérifier l’efficacité de la levure de riz rouge pour réduire les taux de lipides dans le sang. En 2006, les auteurs d’une méta-analyse de 93 essais randomisés (9 625 sujets en tout) ont fait un portrait intéressant de ce supplément. Ces chercheurs sont tous des spécialistes de la médecine chinoise.

Caractéristiques des études

– 92 des études analysées ont été menées en Chine, et 91 publiées en chinois;
– 89 des études ont comparé la levure de riz rouge à une statine (37 essais) ou à un autre médicament réduisant les taux de lipides sanguins (42).
– La plupart des essais ont porté sur le produit Xuezhikang®. Le dosage utilisé fournissait 10 mg de lovastatine.
– la durée des essais a varié de 4 à 24 semaines avec une durée médiane de 8 semaines.
– La plupart de ces essais présentent une qualité méthodologique faible.

Résultats des études

– Réduction du taux de cholestérol total des sujets prenant de la levure de riz rouge : de 13 % à 44 %. Réduction du taux de triglycérides : de 7 % à 44 %. Dans les 2 cas, la levure a fait aussi bien que les statines et autres médicaments auxquels on l’a comparée.
– La levure de riz rouge fait effet après 4 semaines de traitement et son effet s’est maintenu durant 24 semaines au cours des essais les plus longs.
– La levure de riz rouge est bien tolérée.

Observations et conclusion des auteurs

– Les études démontrent l’efficacité à court terme de la levure de riz rouge pour faire baisser les taux de lipides sanguins.
– La solidité de la preuve laisse à désirer à cause des failles méthodologiques de la plupart des essais.
– La Chine est reconnue comme un pays où une proportion inhabituelle d’essais positifs est publiée. Il y a donc un risque de biais, les études non concluantes n’étant pas publiées.
– Pour recommander la levure de riz rouge en remplacement des statines, 3 éléments sont nécessaires : des essais plus rigoureux, des données sur l’effet à long terme de la levure de riz rouge et des données sur son innocuité à long terme.

Trois essais publiés en 2008 et 2009, en dehors de la Chine, ont donné des résultats concluants au chapitre de la réduction des taux de cholestérol : les suppléments utilisés avaient une teneur équivalente en lovastatine à celle des produits utilisés en Chine et la durée des essais a été de 6 mois.

 

 

 

Précautions d’usage

 

Les principes actifs de la levure de riz rouge étant des statines naturelles, certaines contre-indications doivent être respectées : femmes enceintes ou allaitant, jeunes de moins de 18 ans, maladies hépatiques ou rénales, troubles hémostatiques.

 

 

Découvrez notre levure de riz rouge: ici

 

 

 

Psyllium (Plantago sp.).

Les auteurs de 2 méta-analyses, l’une publiée en 1997, l’autre en 2000, concluaient que la prise de 5 g de psyllium, 2 fois par jour, apportait des bienfaits additionnels aux personnes hyperlipidémiques suivant un régime faible en gras. Par ailleurs, des chercheurs de l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa ont observé que l’emploi de psyllium, hors de toute autre mesure diététique, était aussi efficace pour faire baisser les taux de lipides sanguins que l’adoption d’un régime à faible teneur en matières grasses. Au cours d’un autre essai, on a aussi constaté que l’ajout de 15 g de psyllium à une dose quotidienne sous-optimale (10 mg) de simvastatine (médicament contre l’hypercholestérolémie) réduisait le taux de cholestérol de façon équivalente à la même statine prise à dose optimale (20 mg).


Dosage

Prendre de 10 g à 20 g par jour en 2 ou 3 doses.

 

Découvrez notre psyllium vrac : ici

 

 

Rédaction:

L’équipe de mon-herboristerie.com

 

Sources :

www.passeportsante.net

 

 

 

 

Mots-clefs :