CHRYSANTHELLUM (Chrysantellum americanum) : l’allié de votre foie

Le Chrysantellum americanum (ou Chrysanthellum) a été introduit dans la phytothérapie européenne, il y a 30 ans environ.

Pratiquement inconnu il y a deux décennies, le Chrysanthellum (Chrysantellum americanum) pourrait apparaître, dans un proche avenir, comme un remède hépato-vasculaire majeur, doué en outre de propriétés anti-lithiasiques, hypoglycémiantes et anti-inflammatoires non négligeables.

C’est une plante tropicale à l’activité polyvalente et puissante, d’une importance essentielle en phytothérapie, qui est utilisée principalement :

– Dans les troubles hépatiques pour son rôle hépato-protecteur, en particulier dans les intoxications d’origine alcoolique, les excès alimentaires et les suites d’hépatite.

– Pour traiter les lithiases (calculs) de toute origine.

– Comme traitement principal antihyperlipidémique et traitement d’appoint hypocholestérolémiant.

– Pour améliorer la micro circulation périphérique et la résistance capillaire (jambes lourdes, artérites, couperose).

– Pour accroître la sécrétion biliaire et stimuler le système digestif.

Chrysanthellum-Chrysantellum-americanum-foie-cholesterol-mon-herboristerie

Les activités pharmacologiques du Chrysanthellum (Chrysantellum americanum) sont déduits de sa composition:

Les flavonoïdes sont hépatoprotecteurs et favorisent la microcirculation.

Les saponosides sont veinotropes et ont des propriétés de tensio-actif, ils potentialisent ainsi l’activité des flavonoïdes pour faciliter leur passage à travers la membrane cellulaire.

Extrait d’une publication:
Description, identification et usages thérapeutiques de Chrysanthellum « americanum » : chrysanthellum indicum DC. Subsp. Afromaricanum B.L. Turner. Honore- Thorez D. J. Pharm. Belg., 1985 , 40(5): 323-331.

Cette plante semble rencontrer déjà, en France, un certain succès, et il nous a semblé utile de regrouper ici un ensemble de données que nous avons pu recueillir, sans que cet essai monographique soit exhaustif, car la science est encore loin de tout connaître sur Chrysanthellum « americanum ».

L’étude pharmacologique a porté essentiellement sur trois pôles d’action :

• Dans le premier cas, l’activité hépatoprotectrice vis-à-vis de l’alcool éthylique et du tétra-chlorure de carbone et l’action cholérétique, par rapport au déhydrocholate de sodium, chez le rat, ont témoigné de la relance des fonctions hépatiques, tandis qu’une étude parallèle menée chez l’homme a montré des résultats significatifs dans l’amélioration de l’état hépatique.

• Le Chrysanthellum (Chrysantellum americanum) s’est relevé, en outre, être un hypolipémiant vis-à-vis du clofibrate, employé comme médicament de référence, avec cependant des résultats plus spectaculaires sur les triglycérides que sur le cholestérol.

• Si, dans l’étude des propriétés vasculotropes du Chrysanthellum (Chrysantellum americanum), celle-ci ne s’est montrée que peu active, per os, sur le rat, bien que supérieure à la rutine et à ses dérivés, les résultats chez l’homme ont été nettement supérieurs. Des travaux de pharmacologie clinique, réalisés dans le cadre de cette étude, dans le service du Professeur Cloarec, à l’Hôpital Saint-Antoine à Paris, ont démontré les effets significatifs de la drogue sur la microcirculation. L’action du Chrysanthellum (Chrysantellum americanum) est analogue à la vitamine P, doublée d’une activité vasodilatatrice, intervenant directement sur la paroi vasculaire, ainsi que l’attestent l’allongement de la distance de marche et le Dôppler. l’activité antioedémateuse, évaluée sur le rat, assez faible quand la drogue est administrée per os, s’est révélée supérieure à celle de la phénylbutazone et de l’aspirine, par voie péritonéale.

Chrysanthellum americanum : Posologies conseillées

Voici les posologies qui ont montré leur efficacité (y compris en milieu hospitalier) dans les différentes indications suivantes :

Anomalies métaboliques des lipides (hypertriglycéridémie et hypercholestérolémie)
Prendre 4 à 6 gélules au milieu des repas, en cure de 15 jours par mois (3 mois)
Cures d’entretien de 10 jours par mois.

Troubles et maladies fonctionnelles de l’appareil digestif (aérophagie, ballonnements, éructations, diarrhée, constipation,…)
Prendre 4 à 6 gélules au milieu des repas, en cure de 15 jours par mois (3 mois)
Cures d’entretien de 10 jours par mois.

Troubles et maladies de la fonction hépato-biliaire (intoxications alimentaires, alcool, médicaments mal supportés,… hépatites et séquelles d’hépatites)
Prendre 4 à 8 gélules par jour, cure de 20 jours/mois.
Posologie progressive chez les sujets de susceptibilité biliaire.

Chrysanthellum americanum : Précautions et effets indésirables

Diverses recherches de toxicité aiguë et chronique ont été réalisées sur le rat, la souris et le chien, avec des extraits de la plante, à des concentrations différentes : aucune toxicité ni aucune manifestation de mutagénicité n’a pu être mise en évidence.

Le Chrysanthellum americanum semble donc être d’une innocuité totale.

Mots-clefs : , , , , ,