MIEL DE MANUKA : un miel curatif unique au monde

Le miel de manuka nous offre aujourd’hui ses propriétés antiseptiques dans un miel unique au monde. Il est utilisé dans la médecine traditionnelle maori depuis des siècles.

Originaire de certaines forêts de Nouvelle-Zélande, le miel de manuka a des propriétés médicinales connues des indiens Maoris depuis des temps immémoriaux. Ses vertus antibactériennes en faisaient un produit répandu contre les infections jusqu’à la première guerre mondiale.

L’apparition des antibiotiques le fit oublier pendant quelques décennies, mais l’offensive planétaire des bactéries résistant aux antibiotiques l’ont remis sur le devant de la scène.

 

Manuka Fleurs.jpeg

 

Les maoris le savaient depuis des siècles, la science moderne l’a prouvé : certains miels de manuka possèdent des propriétés antiseptiques uniques et un goûtgourmand !

 

L’histoire du miel de manuka

Il y a 1000 ans, les Maoris quittent Hawaiki, leur terre natale située au coeur de la Polynésie tropicale à la recherche de terres nouvelles. Après plus de 3000 km de traversée épique, ils découvrent les côtes d’une terre qu’ils baptisent Aotearoa, long nuage blanc. Ils viennent d’accoster en Nouvelle Zélande. A leur arrivée, les maoris apprivoisent progressivement leur environnement, plus particulièrement les végétaux que le Tohunga (guérisseur Maori) observe, goûte et utilise peu à peu dans la Rongoa Maori, la médecine traditionnelle. Plusieurs espèces, inconnues jusqu’alors, s’offrent à lui. Il les étudie et les met à l’épreuve. Certaines s’avèrent très efficaces et révèlent un grand potentiel curatif. Elles sont alors intégrées à sa médecine traditionnelle. Parmi elles, un arbuste aux feuilles odorantes et aux petites fleurs blanches et roses très parfumées, qui abonde sur ces îles. Les Maoris le nomment Manuka ou Kahikatea.

 

 

MAORI manuka.jpeg

 

 

Le manuka est un arbrisseau de la famille des Myrtacées qui pousse à l’état sauvage sur les terres vierges de Nouvelle Zélande dans des conditions climatiques difficiles. Sa courte fleuraison (6 semaines) ne laisse que peu de temps aux abeilles pour prélever le précieux pollen..

Le Tohunga observe que le manuka est efficace contre un nombre étonnament important de maladies. Il utilise les feuilles et l’écorce pour soigner fièvres, problèmes urinaires, bronchites et asthme. Appliquées sur la peau, les feuilles ont des propriétés cicatrisantes et une action bénéfique contre plusieurs types de problèmes comme l’eczéma, les mycoses, ou des irritations chroniques. Les jeunes pousses sont machées pour lutter contre la dysenterie. Bouillies et ingérées en décoctions, les feuilles de manuka aident à combattre les rhumatismes ou encore à soigner les entorses.

C’est au retour de violents combats contre une tribu ennemie que le manuka joue son rôle le plus bénéfique. Le Tohunga dispense alors ses soins sur les guerriers épuisés et blessés. Il utilise largement le manuka pour rétablir ces hommes usés mais fiers d’avoir défendu corps et âme l’honneur de la tribu. Les guérisseurs ne pouvaient expliquer scientifiquement les raisons de son efficacité. Ils ont néanmois constaté que le manuka possédait des propriétés exceptionnelles, faisant de lui un véritable don de la nature dont ils savaient tirer partie.

 

James Cook est le premier européen à explorer et cartographier la Nouvelle Zélande au 18ème siècle. Les botanistes qui voyagent avec lui dessinent la faune et la flore du pays et découvrent à leur tour, comme les maoris quelques siècles auparavant, un petit arbuste aux fleurs délicatement parfumées : le manuka. Il leur a fallu attendre près de trois siècles pour enfin disposer des outils indispensables qu’offre la science et les technologies contemporaines pour étudier, analyser et enfin lever le voile sur les secrets du miel de manuka des maoris….

Plus de 20 années de recherche, dont celles menées par le Pr P. Molan de l’université de Waikato en Nouvelle Zélande, ont mis en évidence les propriétés antiseptiques uniques de certains miels de manuka, et mis au point une méthode rigoureuse de mesure de leur efficacité : L’indice UMF.

 

L’indice UMF® , garantie d’une efficacité prouvée

UMF® est l’abréviation de «Unique Manuka Factor». Il indique le niveau d’activité antiseptique du miel de manuka. L’indice UMF® apposé sur l’étiquette des pots de miel  apporte la garantie de propriétés antiseptiques comparées à celles d’une solution au phénol (molécule antiseptique très largement utilisée dans la pharmacopée moderne). Chaque production est systématiquement testée en laboratoire et classée par ordre croissant d’efficacité sur une échelle allant de 0 à 25. Plus l’indice est élevé, plus le miel de manuka est puissant et actif.

 

La nature conserve une part de mystère

D’un arbre à l’autre, d’une année à l’autre, d’une ruche à l’autre, la présence du pouvoir antiseptique du miel de manuka diffère. C’est pour cette raison que chaque production doit être analysée par un laboratoire agrée afin de déceler l’indice d’efficacité. Les facteurs induisant l’UMF® dans le manuka restent, aujourd’hui encore, partiellement un mystère bien que des pistes soient avancées comme la présence du Methylglyoxal.

 

Methylglyoxal et effet de synergie

Les recherches menées par le Professeur Henle de l’Université de Dresden en Allemagne montrent que le Methylglyoxal est un des éléments qui permettent d’expliquer l’activité antiseptique unique du miel de manuka. Ces études suggèrent que certains miels de manuka peuvent contenir jusqu’à 700mg de Methylglyoxal par kilo, soit une concentration 70 fois plus importante que dans un miel classique. Le Methyglyoxal n’explique pas à lui seul l’activité antiseptique du miel de manuka. Quelque chose dans ce miel, qui ne présente aucune activité antisetique propre, agit en synergie avec le methylglyoxal pour créer un effet bien plus puissant que l’effet seul du Methyglyoxal.

 

Miel de Manuka: un goût et une texture unique…

En plus de lui offrir des propriétés exceptionnelles, la fleur de manuka donne au miel un goût unique, différent de celui des miels que nous connaissons. Il présente des notes d’eucalyptus et une texture crémeuse qui en font un miel très gourmand.

 

 

Pot miel Manuka.jpeg
 

 

Le miel de manuka contre les brûlures, l’eczéma, l’acné

Le miel de manuka est de plus en plus utilisé dans le traitement des brûlures. Il aide à arrêter les infections secondaires et diminue la nécessité de recourir à des greffes de peau, parce que la peau se régénère plus vite et les cicatrices sont moins visibles lorsque du miel a été appliqué sur la plaie.

Certaines formes d’eczéma ont aussi été améliorées grâce au miel de manuka, qui améliore l’hydratation et diminue l’inflammation de la peau.

Le miel de manuka peut aider à soigner l’acné, appliqué sous forme de masque ou mélangé avec une crème hydratante pour nourrir la peau. Le miel contribue aussi à tuer les bactéries qui se développent autour des follicules et les pores élargis qui provoquent l’acné.

 

Miel de Manuka: à quoi reconnaît-on un miel de manuka naturellement efficace ?

A son indice, et la référence est : l’indice TPA.

Rappel: Qu’est ce que l’indice TPA ? TPA=Total Peroxyde Activity

C’est l’activité péroxydique totale. C’est-à-dire qu’il comprend la somme de 2 activités : Activité non Péroxydique + Activité Péroxydique

 

A • L’ACTIVITE PEROXYDIQUE

1°Le taux de pollen

Une abeille butine dans un rayon de 4-5 kilomètres et va recueillir une gamme de nectars composée de différents types de pollen.

Par exemple, si une ruche est placée dans un rayon riche en fl eurs de Manuka, l’abeille peut alors recueillir une bonne qualité de nectar de Manuka, minimisant la récolte d’autres types de nectar.

Notre miel provient de l’ile du Sud de La Nouvelle Zelande. Ses terres sont peu industrialisees et le manuka y pousse par champs entiers. Ce qui nous permet d’avoir des taux de pollen entre 86 et 96%, les plus élevés du marche !

Plus le taux de pollen est élevé, plus le miel offre des garanties sur : son origine / sa pureté / son activité naturelle

2°Les enzymes

Se sont les enzymes naturellement présentes dans le miel de Manuka BIO qui génèrent le Peroxyde d’Hydrogène. L’enzyme Glucose Oxydase est celle qui est responsable du caractère efficace du miel. Cette molécule est connue depuis longtemps en médecine pour la désinfection des plaies.

Chauffer a plus de 28° ou pasteuriser un miel revient a détruire ses enzymes et a réduire le taux de Peroxyde d’Hydrogène naturellement présent dans le miel de Manuka.

Notre Miel de Manuka BIO n’est Ni chauffé a plus de 28° NI pasteurise !

-Il garde ainsi ses enzymes naturellement présentes intactes.

-Grâce a ses enzymes, notre miel est un produit vivant, offrant un pH alcalin, des son ingestion dans le corps, comparable a l’action alcaline du vinaigre de pomme.

-Un miel de Manuka pasteurise, doublement ou triplement pasteurise est un miel au pH acide, ses enzymes sont totalement détruites et son efficacité nulle.

-Les molécules du miel n’agissent donc pas comme elles le devraient et la synergie présente naturellement dans

tous types de produits biologiques est détruite par une manipulation humaine.

Bilan 1

Taux de pollen élevé + Présence d’enzymes = Présence de Peroxyde d’Hydrogène

Ceci correspond à la première partie du TPA, l’activité péroxydique.

 

B • L’ACTIVITE NON PEROXYDIQUE

1° Le méthylglyoxal (MGO)

Un miel pasteurise ne possède plus de Peroxyde d’hydrogène naturellement présent dans le miel, puisqu’il s’évapore lors de la pasteurisation.

Donc d’où provient l’activité des miels NON Bio qui affichent des indices élèves ?

Il faut savoir que dans le Miel de Manuka se trouve une molécule : le METHYLGLYOXAL.

Les chercheurs s’accordent a dire qu’elle aurait une incidence sur l’activité du miel.

Lors de la phase de pasteurisation ou de chauffage, le méthylglyoxal se multiplie jusqu’à atteindre des concentrations exponentielles !

Ces concentrations exceptionnelles de methylglyoxal permettent d’atteindre des indices d’activité INVRAISSEMBLABLES et ANORMAUX !

Au départ, les Miels de Manuka avaient des indices naturels au alentours de 12 et 16, mais la course au profit et la découverte de la relation : CONCENTRATION de methylglyoxal et NIVEAU d’indice ont engendre des produits qui n’ont de naturel qu’une infime partie de leur matières premières.

Comment interpréter des résultats d’analyse de miel de Manuka ?

Voici en exemple des résultats obtenus sur un lot de nos 2 references:

. Pour le 12+

– le taux de Methylglyoxal : 197,5 mg/kg

– le pollen dominant est le Leptospermum a 89%

– le taux de H.M.F.* est de 22,9 mg/Kg

. Pour le 16+

– le taux de Methylglyoxal : 207,6 mg/kg

-le pollen dominant est le Leptospermum a 90%

-le taux de H.M.F.* est de 14,8 mg/Kg

 

2° L’hydroxymethylfurfural (HMF), est une substance qui provient de la transformation du fructose en milieu acide. Il est present naturellement dans le miel et augmente en cours de stockage. En cas de surchauffe d’un miel il est present en quantite trop importante.

Plus sa teneur est faible et meilleur est le miel. Le dosage de l’HMF permet de detecter si le miel a ete chauffe et donc denature. Pour garantir un miel de qualite et sain le taux d’HMF ne doit pas depasser 40mg/Kg.

Bilan 2:

Concentration RAISONNABLE et NATURELLE de Méthylglaoxal = Activité Non Peroxydique

Ceci correspond à la deuxième partie du TPA.

Bilan 3:

TPA = Activité Peroxydique (UNIQUEMENT dans les miels de Manuka BIO) (Présence de Péroxyde d’Hydrogène du à un taux de pollen élevé et à la présence d’enzymes) + Activité Non Peroxydique (Concentration RAISONNABLE et NATURELLE de Méthylglaoxal )

 

Posologie : 

2 à 3 cuillères quotidiennement pour profiter de tous ses bienfaits.

En application externe : Utilisé sur les plaies, sur les piqûres

 

Voici deux astuces beauté 100% miel de manuka!

 

 1- Vous voulez vous débarrasser d’un bouton disgracieux?

Utiliser le secret des maoris ! Sous un pansement, appliquer une noisette de miel de manuka UMF 15+ sur votre bouton et laisser agir pendant la nuit.

2- Une cicatrisation rapide et sans trace, une brûlure, une coupure, une plaie infectée?

Appliquer du miel de manuka UMF 15+ directement sur votre blessure et la protéger avec une compresse. Antiseptique naturel à spectre large, le miel de manuka, dont l’efficacité a été prouvé scientifiquement, est enfin disponible en France.

 

GAMME Miels Manuka.jpeg

 

Vous trouverez ci dessous une bibliographie non exhaustive des recherches qui ont été réalisées sur le miel de manuka:

 

 The effects of manuka honey on plaque and gingivitis: a pilot study.
English HK, Pack AR, Molan PC. Discipline of Periodontology, School of Dentistry, University of Otago, Dunedin, New Zealand.  Healing of an MRSA-colonized, hydroxyurea-induced leg ulcer with honey Natarajan S, Williamson D, Grey J, Harding KG, Cooper RAMA, Journal of Dermatological Treatment. 12(1):33-36, 2001 Mar.AS – J. Dermatol. Treat 2001 Mar;12(1):33-36PU

 Susceptibility of Helicobacter pylori to the antibacterial activity of manuka honey. 
N al Somal, K E Coley, P C Molan, and B M Hancock. Journal of the Royal SOciety of Medicine 1994 January; 87 (1) : 9 – 12.    Antibacterial activity of honey against strains of Staphylococcus aureus from infected wounds.Cooper RA, Molan PC, Harding KG, Journal of the Royal Society of Medicine 1999 Jun;92(6):283-285 

 Finding New Zealand honeys with outstanding antibacterial and antifungal activity. 
New Zealand Beekeeper. 4(10):20-26; Nov 1997 
Identification of some antibacterial constituents of New Zealand manuka honey. 
Russell-KM; Molan-PC; Wilkins-AL; Holland-PT
Journal-of-Agricultural-and-Food-Chemistry; 38 (1) 10-13, 21 ref

 Therapeutic properties of New Zealand and Australian tea trees (Leptospermum and Melaleuca) 
Carr,-Anitra-C (Canterbury College of Natural Medicine) 
New Zealand Pharmacy. 18(2):29-31; Feb 1998

 Non-peroxide antibacterial activity in some New Zealand honeys. 
Molan-PC; Russell-KM
Journal-of-Apicultural-Research; 27 (1) 62-67, 15 ref

 The sensitivity of mastitis-causing bacteria to the antibacterial activity of honey.
Allen KL, Molan PC, 
New Zealand Journal of Agricultural Research 1997 Dec;40(4):537-540 1997.

 Nature and origin of the antibacterial substances in honey. 
Bogdanov S.
Food Science & Technology-Lebensmittel-Wissenschaft & Technologie 1997;30(7):748-753

 Why honey is effective as a medicine – 2. The scientific explanation of its effects [Review]
Molan PRA – Molan P
Bee World. 82(1):22-40, 2001.AS – Bee World 2001;82(1):22-40PU – INT BEE RESEARCH ASSOC, JOURNALS LIBRARIAN, 18 NORTH RD, CARDIFF CF1 3DY, WALES.

 A comparison of the antibacterial activities of some New Zealand honeys. 
Molan-PC; Smith-IM; Reid-GM
Journal-of-Apicultural-Research; 27 (4) 252-256, 23 ref.

 Osmotic effect of honey on growth and viability of Helicobacter pylori
Osato MS, Reddy SG, Graham DY
Digestive Diseases & Sciences 1999 Mar;44(3):462-464

 Manuka honey for central vein catheter exit site care
Quadri KHM, Huraib SO
Seminars in Dialysis 1999 Sep-Oct;12(5):397-398

 The antibacterial properties of honey. 
Russell-KM
1983, 150 pp. PB: University of Waikato, Hamilton; New Zealand

 Stimulation of TNF-alpha release in monocytes by honey
Tonks A, Cooper RA, Price AJ, Molan PC, Jones KPMA – Jones KP
Cytokine. 14(4):240-242, 2001 May 21.AS – Cytokine 2001 May 21;14(4):240-242PU

 The oligosaccharide composition of some New Zealand honeys
Weston RJ, Brocklebank LK
Food Chemistry 1999 Jan;64(1):33-37

 The contribution of catalase and other natural products to the antibacterial activity of honey: a review.
Weston-RJ
Food-Chemistry; 71 (2000) 235-239, 51 ref.NU: 0308-8146DT: Review

 Identification and quantitative levels of antibacterial components of some New Zealand honeys.
Weston-RJ; Brocklebank-LK; Yinrong-Lu
Food-Chemistry; 70 (2000) 427-435, 32 ref.NU: 0308-8146DT: Journal-Article

 Antibacterial phenolic components of New Zealand manuka honey. 
Weston-RJ; Mitchell-KR; Allen-KL
Food-Chemistry; 64 (1999) 295-301, 30 ref.

 Honey’s sources kept secret 
New Zealand Beekeeper. 5(11):25; Dec 1998

 

Mots-clefs : , , ,